Major, Yolande

Geneviève 411-416

Christa a bien des visages. Laissez-moi me présenter, je suis Geneviève et mon histoire est si époustouflante qu'elle a encore de quoi laisser bouche bée celles et ceux de vos contemporains qui, avec force soupirs de soulagement, affirment arrivée l'ère du post-féminisme.

 

ÉDUCA TION À LA CONSCIENCE FÉMINISTE UNE PETITE HISTOIRE VRAIE SUR LA DIFFERENCE ENTRE LES SEXES

SEXES

Permettez-moi d'aborder un sujet aussi sérieux que l'éducation par une anecdote afin d'éveiller votre conscience joyeusement !

Nous sommes au début des années soixante-dix. Mon amie se nomme Thérèse. Elle a trois fils adolescents et un mari. Seule représentante du sexe féminin de cette cellule familiale, elle les convoque un jour autour de la table en les avisant de mettre une chemise ou un chandail blanc car c'est de la plus haute importance. Au centre de la table de la cuisine, elle a disposé un bol creux d'un assez grand format à moitié remplid'eau. Ses hommes prennent place autour de la table. Thérèse reste debout.

RECONCILIATION TENDRESSE

A ma mère, décédée en 1988, le jour de Pâques

Rollande, tu te nommais
Putain, ton mari te surnommait
Pas d'allure, mon père lui disait Cuisse légère, les gens du village lui criaient
Belle jeune fille, son père la désirait
Femme de relations, tu étais Femme amoureuse, tu souriais Femme aimante, tu soupirais Femme soumise, tu te taisais Femme souffrante, je t'en voulais Femme courageuse, tu affrontais
Merci de m'avoir donné la vie Merci de m'avoir appris à rire Merci de m'avoir appris mon corps
Merci de m'avoir transmis la tendresse et le courage De l'amour de moi-même et des autres
Féministe je suis devenue Femme libre, je continue
Merci Rollande 1et'aime!
Yolande Major. Myriam

Syndiquer le contenu