Phoebé

Notre groupe s'est donné un nom : celui d'une femme. Avant de vous le livrer, laissez-nous vous dire que nous l'avons trouvé à une époque qui nous inspire tout particulièrement, celle des premières communautés chrétiennes. Cette époque est à la source du christianisme et elle nous rejoint car les ekklèsia d'alors étaient constituées de baptisés égaux et égales, vivant en communion et travaillant à faire advenir le Royaume selon les dons que chacune et chacun avaient reçus. Chaque ekklèsia était autonome et avait ses caractéristiques propres. Les décisions revenaient à la communauté. Nous avons donc voulu nous rattacher à ce souffle, cette liberté, cet enthousiasme, cette ardeur qui animaient les chrétiennes et les chrétiens des premiers siècles et nous avons choisi Phoebé, l'une des responsables de ces communautés, pour désigner notre groupe.

Phoebé était responsable de l'Église de Cenchrées. Or Cenchrées est un port de Corinthe qui présente certaines analogies avec Montréal, notre lieu d'appartenance. En effet, Corinthe est une cité cosmopolite où toutes les races et toutes les religions se côtoient (grecs, commerçants, esclaves, juifs, païens). Des milliers d'esclaves sont débardeurs au port ou travailleurs dans les résidences des riches. À Montréal comme à Corinthe, on retrouve une minorité de riches et beaucoup de pauvres et d'exclus.

Paul reconnaît qu'il doit beaucoup à Phoebé. Il recommande qu'on la reçoive et qu'on se mette à son service. " Je vous recommande Phoebé, notre soeur, diaconnesse de l'Église de Cenchrées : offrez-lui dans le Seigneur un accueil digne des saints, et assistez-la en toute affaire où elle aurait besoin de vous; aussi bien fut-elle une protectrice pour nombre de chrétiens et pour moi-même " (Rom 16, 1-2).

En choisissant le nom de cette femme qui a rempli une fonction importante à l'époque des premières communautés, nous espérons revivifier notre ekklèsia au souffle de l'Esprit qui fait renaître et à la souveraine liberté qui lui est rattachée.