CULTIVONS LE RIRE DE DIEUE

Date : 
17 Août, 2013 - 19:00
Type d'événement: 
Colloque

Offrir à l’entrée des gants de jardinage

Disposer à l’intérieur de la salle des fleurs

 

Chant d’ouverture

 

OÙ EST LE RIRE DE DIEUE?

Paroles et musique Diane Marleau

 

Il est là dans nos cœurs

Il est plein de douceur

Il est fait de chaleur

Qu’on sent de temps en temps

 

Il est tout près de nous

C’est plus petit que tout

On le voit après coup

Il se cache partout

 

Où est le rire de Dieue

Il est dans un sourire

Le geste qui vient guérir

Le rêve ou le désir

Qu’on a de temps en temps

 

Il danse dans nos yeux

Il chante si on le veut

Se fait silencieux

C’est un clin d’œil de Dieue

Où est le rire de Dieue

Il est dans le soleil

Il est dans le réveil

Il est dans les merveilles

Qu’on voit de temps en temps

 

Il est dans les oiseaux

La fleur ou le roseau

Il résonne dans l’écho

Du lac ou du ruisseau

 

Où est le rire de Dieue

Il est là dans nos mains

Il n’est jamais très loin

Il est sur le chemin

Qu’on prend de temps en temps

 

Il est dans le présent

Il s’entend maintenant

C’est de nous qu’il dépend

Chaque jour en tout temps

 

 

La célébration est divisée en cinq temps

 

1. Temps de promenade. Cueillette de fleurs

 

Quelqu’une proclame :

 

Il était un grand jardin à cultiver

À cultiver le rire sous toutes ses formes.

Dieue s’y promenait, se penchait pour cueillir une fleur et
aussi enlever les mauvaises herbes.

 

Des femmes se promènent et cueillent des fleurs en exprimant des qualités propres au rire :

 

Ah! elle est légère : ses pétales sont comme des oiseaux prêts à s’envoler.

Voici une fleur qui montre une intelligence!

Ah! celle-ci est comme une enfant qui éclate de rire, qui montre sa spontanéité.

J’ai cueilli la marguerite, car elle est si simple, accueillante.

Autres expressions selon les interventions des participantes.

 

2. Temps de parole

Une voix dit :  

 

Celle-ci est une Bonne Nouvelle! Je veux comprendre la bonne nouvelle du rire,
ce qu’elle veut m’apprendre…

 

L’audacieuse Ève — Réécriture de Genèse 3

Un beau jour, au milieu de l’Éden des origines, Dieue surprit Ève, la vivante, en grande contemplation devant la beauté de l’arbre de la connaissance. Quelle sera la décision de cette créature modelée à son image? Puis, voici qu’avec plaisir, Elle la vit déguster le fruit défendu avec spontanéité et grande liberté. Puis, Elle assista au résultat de l’audacieuse dégustation. Ève s’éveillant à sa finitude à la conscience de son humanité en constante recherche de sa profonde source de vie, de sa reconnaissance de la gracieuse proximité de Dieue donnée au fil des jours.

Vraiment l’expulsion des murs du jardin paradisiaque ouvrait l’humanité aux diverses approches de Dieue données par grâce et enfouies dans son acte créateur. C’est alors que surgit dans l’univers le grand rire de Dieue, le tressaillement éternel de son amour miséricordieux. Oui, en un moment divin se déroula l’avenir du monde au rythme de ses alliances incluant l’implication des audacieuses vivantes menant cette fois à la cocréation du véritable Éden. Celui à la dimension de la rieuse joie de Dieue incarnée dans tout l’univers.

Le rire de Sara - réécriture de Genèse 17,18

Au pays du Désespoir, le dictateur Main de Fer était au pouvoir depuis trois décennies. La répression, l’ignorance et la pauvreté sévissaient dans le pays. Les groupes de femmes et de démunis, se mobilisaient pour trouver des moyens de redonner espoir au pays.

Main de Fer entendit parler de ces groupes contestataires et, sûrs de lui-même, les mit au défi : « Si vous trouvez quelqu’un pour me confronter, j’accepte que le pays passe en mode électoral. » Plusieurs candidats et même une candidate surgirent de l’ombre. Les candidats promirent les uns autant que les autres, une meilleure armée pour défendre le pays, la réfection du Palais Résidentiel, plus de travail sur les terres du gouvernement… etc.

La candidate, pour sa part, misa sur l’éducation, la santé et le respect des droits humains.

De grands rires montèrent dans le pays tout entier face à un tel programme audacieux, inusité et fort probablement impossible à réaliser dans ce pays de Désespoir.

Après plusieurs semaines de campagne électorale, de grands rires fusèrent encore une fois dans le pays, car contre toute attente, la candidate Joie de Vivre remporta la victoire au premier tour.

Cette nouvelle fit la une des journaux dans le monde entier. Et encore aujourd’hui, plusieurs pays s’inspirent de cette expérience pour tenter d’améliorer leur sort. 

 

Réécriture de Job 8, 20-21

— Oui, Dieue accueille l’Ecclésia éprise de justice.

Non, Dieue ne prête pas main-forte aux dominateurs pleins de malice.

Le rire peut de nouveau gonfler tes joues

et faire jaillir de ta matrice un joyeux feu d’artifice.

Toutes reprennent la dernière phrase.

 

 

 

Réécriture de Jean 16, 20-23

Dialogue à deux voix

 

 1— Amen, amen, on vous a dit :

2— Vous allez pleurer et vous lamenter tandis que le monde se réjouira.

 

1— Moi, je vous dis : Vous vous émerveillerez des beautés de la Création et jusqu’aux      extrémités de la terre on entendra vos grands rires éclatants.

2— On vous a dit : vous aussi maintenant, vous êtes dans la peine.

 

1— Moi, je vous dis : vous transformerez la souffrance des personnes bafouées en force créatrice.

2— Votre cœur exultera et votre joie, personne ne vous l’enlèvera.

 

 

Réécriture de Genèse 1, 27-31

Un beau jour des femmes ont eu l’idée de nous raconter l’histoire de tous les êtres vivants.

Fortes de leurs expériences existentielles et se pétant les jarretelles, des femmes avec emphase déclarèrent : « Voici comment Dieue a conçu la création. Vous avez été créés femmes et hommes à mon image. »

Dieue dit : « Si vous voulez que ça dure et que ça perdure, amusez-vous avec vos différences. Accueillez les semences de rire, aussi de petites rieuses et de petits rieurs naîtront et enchanteront la terre. »

Dieue vit que cela était rigolo au boutte et toutes et tous éclatèrent de rire sans l’ombre d’un doute.

 

 

Réécriture de Marc 1, 16-20; 2, 14-17 et Jean 2, 1-3, 7-9

Jésus appelle des femmes à le suivre.

Comme il marchait en ville, Jésus vit Simone et Andrée, sa soeur, qui jetaient leur filet sur la place du marché. Jésus leur dit : « Suivez-moi, je ne vous ferai pas pêcheuses d’hommes, mais transmetteuses de ma Bonne Nouvelle. »

Aussitôt elles laissèrent leurs prises et le suivirent.

Au marché, Jésus aperçoit Marthe et Marie faisant leurs courses quotidiennes. Il les appela aussi. Confiantes en leur frère Lazare, responsable de la maison, elles le suivirent.

« Vous serez prophétesses de ma Parole. »

Il appela aussi Lina la boulangère. « Suis-moi, » dit-il, « tu seras le levain de mon message aux femmes. »

Le soir, à table, chez Livia, ces femmes et quelques autres, la Samaritaine, Marie-Madeleine, la Cananéenne se joignirent au groupe. Car elles étaient nombreuses, qui l’avaient suivi.

Les scribes et les pharisiens se mirent à critiquer. « Comment cet homme peut-il s’entourer de femmes et tant de femmes? »

La tablée était joyeuse et les rires fusaient de toutes parts.

Jésus répliquera aux critiques : « Malheur à vous qui ignorez les femmes vous privant ainsi de leur énergie, de leur créativité et de leur joie de vivre tout simplement parce que ce sont des femmes. En vérité, en vérité, je vous le dis : en les excluant vous voilà les mains vides et le cœur sec. En vérité, je vous le dis : elles seront les membres privilégiées de mon Royaume d’amour. »

3. Temps de célébration

Chant en slam

 

Dieue dit : Rions

Dieue dit :
Rions car la vie est trop grave
Fuyons les moments tristes,
Les jours sans soleil.
Le rire c’est notre soleil,
il illumine prairies et montagnes.
Regarde l’enfant qui sourit
Tout est pour elle découvertes,
elle voit la beauté.
 
Dieue dit :
Regarde et ris
De ce que tu ne comprends pas
Pourquoi tout saisir
Quand il y a tant d’obscurités?
Ne crains pas les grimaces,
Elles ne sont que grimaces. 
Toi, tu as mieux : la beauté, la joie de vivre.
Recherche tout ce qui peut améliorer
tes jours et ris.
 
Rappelle-toi de Sara
Elle a ri, elle était abasourdie.
Elle ne croyait pas
qu’un enfant allait naître.
Elle était trop vieille.
De quoi sommes-nous
Trop vieilles?
Tout est possible, dit Dieue.
 
J’ai déjà changé l’eau en vin.
Alors les gens ont ri,
Ont fêté parce que la vie est bonne.
Célébrons,
Je n’ai rien de mieux
que le rire.
 
Tout est éphémère.
Il ne faut pas s’y attarder
Trouve les trésors de chaque jour,
Et tu riras
Envers et contre tout.
 
Dieue dit :
J’aime le rire
Car il épanouit les visages,
Rend les corps plus souples,
Plus détendus,
Il rapproche les personnes.
Elles sont prêtes à s’ouvrir,
À chanter la vie.
 
Le rire libère,
Le sais-tu,
Toi, ma sœur,
Nous, mes sœurs,
détendez les lèvres,
ouvrez un peu la bouche.
Ouf! le rire jaillira,
Ah! ah! ah!

4. Temps de prière et d’échange

Prières du rire de Dieue. Échos vocaliques par toute l’assemblée

1. Dieue rit aux éclats quand les femmes de la première alliance, les Sara, Rébecca, Rachel, Léa, Tamar, Rahab, retrouvent contre toute espérance l’accès à la maternité.
Rions en A, A, A…

2. Dieue rit longuement quand des femmes publiques et prophétesses de la première alliance, les Myriam, Anne, Suzanne, Judith, Esther, Vasthi, Ruth, Yaël, Bethsabée, Abigaël, Debora, Houlda, s’impliquent dans l’avancement de son plan salvateur. Rions en E, E, E…

3. Dieue rit à gorge déployée quand au cours de la seconde alliance, Jésus s’intéresse à la libération des femmes de son temps, les humiliées, les oubliées, les courbées, les exclues, les pécheresses et les fait disciples à part entière. Rions en I, I, I…

4. Dieue rit généreusement quand des femmes sortent de l’ombre et s’impliquent dans les premières communautés chrétiennes, les Phoebée, Olympas, Prisca, Junie, Julie, Lydie, Bérénice, Claudia, Chloé, Évodie, Damaris, Nympha, Thyphonia Thyphénia, Priscilla, Syntyché.
Rions en O, O, O…

5. Dieue rit de satisfaction quand des Québécoises, les Marie de l’Incarnation, Marguerite d’Youville, Rosalie Jetté, Esther Blondin, Eulalie Durocher, Mère Sainte-Anne-Marie, Marie Lacoste-Gérin-Lajoie, Idola Saint-Jean, Élisabeth Turgeon, Thérèse Casgrain, Margot Power et plusieurs autres permettent à Jésus d’atterrir dans l’humanité féminine. Rions en U, U, U…

6. Dieue rit avec vive émotion quand des femmes audacieuses sous la mouvance de son Esprit se rebellent et refusent que le féminin soit lié à la sphère du péché, soumis au masculin par nature et condamné au silence afin de s’introduire dans la poursuite de son acte créateur.
Rions en É, É, É…

7. Dieue rit en tressaillant de joie quand des chrétiennes exégètes et des théologiennes se regroupent et dénoncent les structures androcentriques de l’Église et de la société, les membres de L’autre Parole, de Femmes et Ministères, de la Fédération des Femmes du Québec, de l’Association des religieuses pour les droits des femmes, des répondantes diocésaines à la condition féminine. Rions en È, È, È…

8. Dieue rit gaiement quand les femmes revendiquent leur juste place dans l’Église, quand elles s’emploient à créer une ecclésia plus poétique, plus prophétique et plus ajustée à l’Évangile. Rions en A, A, A………

Un temps d’échanges suit pour exprimer ce qui nous a touchées.

 

5. Temps de dégustation et de bénédiction

Symboles : des fruits : prunes et pêches

Chacune est invitée à prendre un fruit frais disposé sur la table.

Et nous disons ensemble :

 

« Libérons-nous des interdits et des fruits défendus! »

 

Un verre de vin est offert à chacune; et nous reprenons ensemble :

« Libérons-nous des interdits et des fruits défendus! »

 

Et nous terminons notre célébration avec l’hymne

 Dieue qui rit, une composition de Diane, Denise et Marie Marleau 

  

Le rire de Dieue – En août 2012, l’une de nous a eu l’audace de présenter le sujet et finalement, elle a rallié le groupe. En fait, j’ose dire que si nous avons dit : « Oui! », c’est en pensant que cela serait plus simple, plus facile, plus amusant à préparer que le travail sur le pardon qui avait occupé nos travaux des derniers mois.

Il y a toute une industrie du rire et de l’humour au Québec, elle a son école… une vraie. Plusieurs de nos humoristes les plus connus sont des diplômés de cette école. Mais alors, y a-t-il autre chose? Et que dire du « rire de Dieue », l’angle que nous avions choisi. En décembre 2012, Relations a publié un dossier intitulé : « Le rire : banal ou vital? » C’est là tout un programme.

De notre côté, les réflexions ont pris toutes sortes de chemin… Rarement la production a-t-elle été aussi diversifiée… C’est une première exploration, un premier déblaiement, des pistes sont lancées. Les résultats surprennent et ouvrent un nouveau regard sur le rire.

Nous débutons ce dossier avec une poésie du groupe Tsippora. Si nous remontons la trame du colloque, la première session du vendredi soir nous a permis de sentir le rire dans notre corps. Par la suite, des femmes et des groupes de la collective ont présenté leurs réflexions sur le rire, lesquelles sont reprises ici. Si l’un des groupes a choisi l’humour, un autre a pris le dossier très au sérieux. Elles sont allées interviewer quatre femmes de chez nous, quatre femmes « impliquées et agissantes ». Elles souhaitaient une interpellation de leur part pour nous aider à aller plus loin, car le rire est une affaire sérieuse. Mesdames Suzanne Loiselle, Vivian Labrie, Élisabeth Garant et Lorraine Guay ont généreusement accepté de partager avec nous, avec vous ce que ce thème a fait surgir chez elles. Pour l’une, Dieu est mystère, Dieu est mystère qui séduit, nous provoque, nous interpelle, nous fait dire oui à l’humanité. Dieu se réjouit dans la solidarité et la résistance, entre autres des femmes, disent-elles. Et il y a le rire jaune devant les injustices, les abus à l’égard de certains peuples, mais l’espérance nous amène à vouloir agir. L’une a plongé dans la Bible rappelant les quelques rares exemples qu’on y retrouve. Elle s’attarde à Sara et parle du rire qui « ouvre des possibilités de vie et c’est par lui que Dieu se manifeste. » Le rire pour espérer l’impossible chez les peuples qui souffrent. Là aussi, tout un programme.

Un survol historique est présenté dans Pourquoi Dieu ne rit-il pas? Rire divin, rire diabolique, rire humain, tout y passe. Mais pourquoi cette méfiance à l’égard du rire? Est-ce parce que pour les humains, le rire n’est jamais joie pure puisqu’il y a toujours leur finitude à l’horizon? Quand le rire a-t-il pris la tangente du rire diabolique? Les Pères de l’Église seraient coupables. Après une conception positive dans l’Antiquité, nous arrivons à une conception négative du rire. La finale de ce texte est dans l’espérance du jour.

Notre célébration, sur le thème du grand jardin à cultiver, a vu naître trois chants nouveaux : Où est le rire de Dieue? en ouverture et Dieue en clôture et un autre en slam. Les réécritures bibliques faites lors du colloque sont intégrées à la célébration.

Pour clore ce numéro, nous vous invitons à replonger dans la poésie. Cette fois, Filles d’Ève, un poème pour vous, pour nous toutes en ce mois de mars qui célèbre la Journée internationale de la femme. Vous pourrez le lire, le relire et l’entendre si vous suivez le chemin proposé.

Reprenant les mots du chant d’ouverture de la célébration, je vous souhaite de trouver le rire de Dieue, car :

Il est dans le présent

Il s’entend maintenant

C’est de nous qu’il dépend

Chaque jour en tout temps.