À L’ÉCOLE DE MARIE, LA FEMME « EUCHARISTIQUE »