No. 99 - … célèbre sa doyenne!

Liminaire

De ce côté-ci de la vie, il arrive parfois
que s’ouvre une fenêtre sur l’autre côté…
un tout petit instant mais combien
intense et qui nous marque à jamais.
Un moment d’extase.

C’est ce que j’ai vécu, d’une façon
particulière, à la Collective L’autre Parole,
lors de son dernier colloque… un
colloque pas comme les autres. Le
thème proposé : Rituels : déconstruction/
réappropriation nous a amenées à
passer d’un rituel d’enterrement de
première classe à celui d’une célébration
festive particulière soulignant les
80 années de vie de la doyenne de la
Collective.

Pour passer progressivement d’un rituel
à l’autre, quatre d’entre nous ont
servi de guides pour présenter le thème
sous un angle d’approche singulier :

Micheline Gagnon nous rappelle que
nous sommes des êtres de rituel.

Christine Lemaire nous offre tout bonnement
l’expérience de dépossession/
appropriation qu’elle a vécu à travers
son cheminement de foi.

Yvette Laprise présente, dans une
brève rétrospective, les acquis de
L’autre Parole dans sa pratique rituelle.
Marie-Josée Riendeau, plus stimulée
par une construction que par une déconstruction
nous propose un nouvel artefact religieux.

En après-midi, Denyse Marleau bouclait
les présentations en rappelant les
principales composantes d’une célébration
signifiante. Ces exposés, animés
et vécus dans l’enthousiasme
d’une vivante participation, ont
conduit tout naturellement au partage
en petits groupes. Une ambiance fébrile
où flottait un vent de complicité,
remplissait la salle et stimulait les esprits
à la créativité, dans tous les ateliers.

La soirée va tout dévoiler … et quelle
soirée !

Le lendemain du Colloque, Monique
Dumais m’avouait sa satisfaction en
ces termes : « J’étais si heureuse que
les membres du comité de coordination
aient pensé à fêter notre doyenne.
C’est fantastique de constater la splendide
qualité d’affection qui existe dans
L’autre Parole. C’est un bien précieux.»

Moi aussi , j’ai ressenti durant toute la
célébration ce grand courant d’amour,
courant mystérieux et pourtant bien
réel et vivant, jaillissant de partout :
parole, musique, geste, communion…

Je vous laisse en juger vous-mêmes,
chères lectrices et lecteurs, en vous
invitant à parcourir les pages de ce numéro,
souvenir d’un colloque inoubliable.

Yvette Laprise
doyenne